webleads-tracker

Quelle(s) exposition(s) visiter cet été ?

 Solis Art Conseil dresse une liste commentée des 10 meilleures expositions à voir sur Paris et en région parisienne, jusqu’à la fin de l’année 2017. Ouvrez grand les yeux !

1) David Hockney, au Centre Pompidou à Paris (4ème), du 21 juin au 23 octobre.

Plongez dans la Rétrospective de cet artiste aux influences classiques savamment mêlées aux évolutions modernes. Une exposition qui illustre la poursuite des recherches du cubisme à travers de nouveaux prismes, tels que la photographie ou le dessin digital. Les couleurs vives peuvent aussi rappeler le fauvisme, mais c’est surtout l’examen d’une construction de la réalité qui offre une ambiance particulière au spectateur qui se tient face aux œuvres. David Hockney peint son bonheur et le partage.

{Portrait of an artist de David Hockney © David Hockney Photo : Art Gallery of New South Wales / Jenni Carter}

.

2) Henri Manguin, La volupté de la couleur au musée des Impressionnistes à Giverny  du 14 juillet au 5 novembre.

Une exposition agréable, ni trop longue ni trop courte.  La scénographie valorise les œuvres exposées. Sur fond bleu et rouge, les œuvres choisies présentent les diverses thématiques et influences abordées par l’artiste. Elève de Gustave Moreau et ami d’Henri Matisse, de Georges Rouault et d’Albert Marquet, ses relations et ses recherches donnent naissance à une palette de couleurs vives et délicates. Les coups de pinceaux sont rapides mais maîtrisés. Ces œuvres à l’huile, à l’aquarelle ou à l’encre, révèlent des moments de vie, font percevoir la douceur de l’air chaud méditerranéen et animent le corps de Jeanne, femme et modèle du peintre.

{Henri Manguin, Le Pré. Villa Demière. 1905. Collection particulière, détail photo by Solis Art Conseil}

.

3) Portraits de Cézanne, au musée d’Orsay à Paris (7ème) 13 juin – 24 septembre.

« Poser comme une pomme. Est-ce que ça remue une pomme ? Soyez une pomme ». Une exposition qui propose une nouvelle manière de découvrir Cézanne et son intimité. En effet, ses modèles sont en majorité, ses proches, qui acceptent de poser de longues heures pour l’artiste. Vous retrouverez la recherche d’une construction de la réalité cézannienne à travers ces toiles. Par exemple, les tableaux où sa femme recoud un tissu et celui des plis en cascades géométriques des vêtements d’un homme assis, rappellent les fameuses nappes blanches qui rompent la perspective et perdent les spectateurs face aux natures mortes cézanniennes. Une salle vous fait (re)découvrir la période dite « couillarde », avec les croquis et la série d’œuvres à fort empâtements, pour comprendre l’évolution du travail de l’artiste. Ces portraits sont majoritairement sur fond neutre ou reconstitués à l’aide d’éléments qui l’entourent, offrant une vivacité et une originalité remarquables.

{Portraits de Cézanne au Musée d’Orsay, photo by Solis Art Conseil}

Cette année, Paul Cézanne est à l’honneur puisque deux autres expositions lui sont consacrées en Europe : « Le chant de la terre » à la Fondation Gianada à Martigny jusqu’au 19 novembre 2017 puis en octobre débutera une exposition avec une nouvelle donation à Aix-en-Provence au musée Granet.

.

 

 4) Olga Picasso, au Musée National Picasso, Paris (3ème), du 21 mars au 3 septembre.

Une exposition de plus sur le peintre prolifique. Intitulée “Olga”, il s’agit du prénom de l’une des nombreuses femmes qui ont inspiré l’artiste espagnol. Pablo Picasso se nourrit de ses aventures avec les femmes, ses muses, pour créer. Chacune d’entre elles lui procurant des émotions différentes sa peinture évolue constamment. En 1917 il rencontre la fameuse Olga Kokhlova, ballerine dans la troupe des ballets russes dirigés par Serge Diaghilev. La période Olga-Picasso, se traduit plastiquement par un retour à la figuration classique, puis à l’inspiration antique avec des corps grossis. Ces corps archaïques et imposants évoluent vers des formes tourbillonnantes et colorées qui donnent l’impression de corps déformés. L’accrochage suivant, début octobre, présentera “Picasso, 1932 l’année érotique”.

{Pablo Picasso, Grand nu au fauteuil rouge, 5 mai 192. Huile sur toile, Musée national Picasso-ParisDation Pablo Picasso, 1979. MP113. Droit auteur : ©Succession Picasso, 2017}

5) La pierre sacrée des Maori, au musée du Quai Branly – Jacques Chirac, Paris (7ème), du 23 mai – 1 er octobre.

 Pouvoir et splendeur des pierres. Une exposition qui émerveille tant les enfants pour l’aspect magique des pierres, que les parents pour la beauté de ces bijoux. Toutes les générations seront séduites par l’histoire que chaque pièce renferme. Si vous êtes coincés à Paris cet été, le quai Branly vous offre un voyage au cœur du pacifique.  Petit plus de l’exposition, le musée de Nouvelle-Zélande, Te Papa Tongarewa, qui prête les œuvres pour l’événement, a accepté que les visiteurs touchent certaines pièces afin d’être encore plus proches de ces objets et sentir la qualité des matériaux.

{« Sculpture anthropomorphe » La pierre sacrée des Maori photo by Les amis du quai Branly – Jacques Chirac}

 

6) Imagine Van Gogh, au Bassin de la Villette à Paris (19ème) du 23 juin au 10 septembre.

Van Gogh en grand ! Empâtements géants sur toile lisse… Une exposition qui projette les œuvres les plus célèbres de Vincent Van Gogh sur d’immenses écrans verticaux, au bassin de la Villette. Vous pouvez déambuler entre ces « toiles », pour être encore plus proche des œuvres, les (re)découvrir et littéralement toucher avec les yeux !

{Imagine Van Gogh à la Villette, photo by Exponaute}

.

7) Autophoto, de 1900 à nos jours, à la Fondation Cartier pour l’Art Contemporain, Paris (14ème), du 20 avril au 24 septembre 2017.

Une exposition qui lie deux domaines : la photographie et l’automobile. Le premier magnifie le second par ses prises de vues. A l’inverse, le second nourrit le premier grâce aux innombrables formes, couleurs, modèles, matériaux et autres éléments constitutifs du sujet qu’incarnent ces automobiles. L’unité du titre révèle parfaitement la réussite de ce mariage. La fondation présente des clichés figuratifs mais aussi des détails qui tendent vers l’abstraction, ainsi qu’un montage vidéo qui regroupe les extraits légendaires du cinéma où roulent les plus belles carrosseries ! La scénographie illustre l’évolution des deux sujets, permise grâce à l’essor industriel, tout en questionnant la place de l’automobile dans la société. Petite suggestion de Solis Art Conseil, jetez un œil sur le compte instagram de la Fondation, il offre un bel aperçu des œuvres exposées.

{Luciano Rigolini, Tribute to Giorgio de Chirico, 2017. Appropriation (photographe inconnu, 1958). Collection de l’artiste. © Luciano Rigolini}

.

8 & 9) Peinture et/ou Bijoux au Musée d’Art Moderne de la ville de Paris (16ème).

D’une part les œuvres picturales de Derain, Balthus, Giacometti, une amitié artistique, du 2 juin au 29 octobre 2017 – et d’autre part, Médusa, Bijoux et tabous, un regard contemporain porté sur le bijou par le Musée, du 19 mai au 05 novembre 2017. Ces deux expositions proposent des confrontations originales d’œuvres et d’artistes, permettant d’aborder l’histoire de l’art sous divers angles.

{Medusa au Musée d’Art Moderne de le Ville de Paris, by Solis Art Conseil / Derain, Balthus, Giacometti au Musée d’Art Moderne de le Ville de Paris}

.

10) Enfin, du 5 juillet au 7 janvier 2018, le musée des Arts Décoratifs de Paris (1er), 

accueille l’exposition Christian Dior, le couturier du rêve pour célébrer les 70 ans de la création de cette délicate maison de haute couture. Une exposition pour rêver et faire scintiller vos pupilles, qui présente des pièces extraordinaires, un travail minutieux harmonisé par une scénographie majestueuse. L’exposition retrace la vie du créateur, aussi collectionneur d’art, il avait ouvert une galerie dont certaines œuvres sont exposées.

{Christian Dior, couturier du rêve by Bilbao International Art And Fashion}

Nous sommes curieux de connaître vos préférences, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire !